SUPER GOÛTEUR

COMMENT PERÇOIT-ON LES SAVEURS ?

C'est au niveau de la langue que des récépteurs hautement spécialisés, "Les Bourgeons du Goût" captent les molécules des multiples saveurs alimentaires. Un système si élaboré qu'il permet de distinguer une diversité quasi illimitée.

De l'odeur directement perçue par le nez,et de l'arôme libérée pendant la mastication mais aussi des sensations provoquées par les propriétés tactiles (piquant, croquant, rafraîchissant, astringent, irritant... ) et thermiques (chaud, froid) de l'aliment ainsi que sa sensation en bouche c'est-à-dire la sensation perçue quand une substance grasse recouvre la langue.

 

Une alchimie complexe :
Le goût est un mélange sophistiqué de diverses sensations provoquées par la saveur, l'odeur, l'arôme, la texture et les aspects tactile (pétillant, irritant, frais et thermique de l'aliment).

La langue, le nez mais aussi les dents contribuent à créer le message sensoriel.

Le message sensoriel qui naît dans nos papilles arrive dans différentes zones de notre cortex cérébral.

Surtout dans la région spécialisée dans l'analyse des informations gustatives » le cortex gustatif ».

La saveur d'un aliment est la sensation qui naît au niveau des papilles une fois l'aliment dans la bouche. Notre bouche aussi est sensible aux odeurs. Explication : lorsque l'aliment est soumis à la mastication dans la cavité buccale, des molécules odorantes s'en libèrent et transitent par l'arrière-gorge jusqu'à la cavité nasale, où elles stimulent les récepteurs olfactifs. Pas étonnant que nous mélangions perceptions gustatives et olfactives.

Le goût s'éduque et s'affine au gré des expériences complexes qui le constituent. Ayez bon goût ! Cette question, vous vous l'êtes forcément posée, et pas seulement  pour ce qui est de la couleur de vos cravates ou de vos sous-vêtements.

4 saveurs primaires :

Le salé.
Le sucré.
L'amer.
L'acide.

Exemples :

a) Les piments et le poivre activent des terminaisons de la douleur.

b) Le menthol lui se dissout dans la salive en prélevant de l'énergie.La bouche perd un peu de chaleur ce qui stimule les récepteurs du froid.

c) Du chocolat sur la langue d'un bébé et son visage aussitôt s'apaise

IMPOSTURE ! Aujourd'hui on met du goût partout

Colorants.
Additifs.
Arômes: Naturels/Artificiels/Synthétiques.
Edulcorants.

Ils sont envahissants et peu recommendables. Ca participe à perturber le cerveau. Le cerveau ne s'y reconnaît plus. Tous ces ajouts chimiques dans l'alimentation et donc dans certains chocolats favorisent l'ère de surpoids. Ce n'est pas uniquement le gras, le sucré ou le manque d'activité physique qui favorisent le surpoids.

Les arômes permettent de compenser dans des produits allégés.Méfiance ! Le chocolat « light « peut se retrouver plus riche en graisse que le chocolat normal. Le sans sucre signifie simplement sans saccharose et non sans glucides.

Certains processus de fabrication déterminent le goût, c'est pour cette raison qu'un arôme est rajouté à la préparation pour satisfaire le consommateur. Attention substance qui croi l'addiction. Il en existe plus de 3000. Ils sont trés largement utilisés pour masquer la dégradation du goût due aux longues et nombreuses transformations de l'aliment.Cette tromperie risque de perturber notre goût avec un risque de s'habituer au goût chimique.

Tous ces produits chimiques passent par les intestins, le sang et le cerveau. Donc impact direct sur le cerveau. Les aliments subissent d'importantes transformations modifiant leur goût, texture, couleur... Pour y remédier les ingénieurs de l'agroalimentaire ont recours aux additifs de toutes sortes: plus un produit est élaboré, plus l'utilisation des additifs est impérative.

Contre tous ces mauvais ingrédients que l'on peut trouver dans certains chocolats et ailleurs : Quand on mange bien, on vit un peu mieux et plus longtemps.