ACCUSÉ, LEVEZ-VOUS !

SCENE 1 / PALAIS DE JUSTICE / PARIS / INTERIEUR JOUR

Ludovic, sportif, cheveux courts, regard vif, souriant et détendu est debout dans le prétoire. Très sur de lui, il répond aux accusations. Il jette toutes ses forces dans la bataille pour se défendre.

 

L'avocat général :
Voici les charges reconnues contre vous. Migraines, acné, constipation, mauvais cholestérol, crise de foie... Surconsommation compulsive et excessive. Repousser sans cesse vos limites à la recherche de sensations toujours plus fortes.

Ludovic :
Pris en quantité raisonnable, le bon Chocolat n'entraîne aucune modification hépathique et ne donne pas de crise de foie.

Le juge :
Un si gentil jeune homme. Derrière votre tranquillité apparente se cache un ogre prêt à tout dévorer. Vous êtes un extrémiste !

Ludovic :
Je n'ai jamais eu de douleurs abdominales, de maux de tête. Encore moins d'agitation ou d'agressivité. Mon taux de cholestérol ? le mauvais bien-sûr (LDL) il est bas. Le bon chocolat produit des substances euphorisantes et énergétiques qui activent le circuit naturel du plaisir. Je l'avoue, j'ai besoin d'un limitateur car je peux dépasser les bornes.

Le juge :
En franchissant les limites, on devient marginal et on fini en prison!

Ludovic :
Je pense qu'il est normal de tester ses limites. Je démens ma prétendue radicalité. Vous cherchez à noicir ma personnalité. Vous travestissez la réalité du bon chocolat.

L'avocat général :
Un individu devient un tueur sous l'influence de nombreux facteurs.

Ludovic :
Oui le drogué a besoin de l'argent du sang , pas moi! Profiter de la force et de toutes les qualités du bon chocolat , quel mal ai-je fait ?Le désir du bon chocolat n'est pas seulement dû à son goût, son arôme mais aussi à un sentiment de bien-être. Le bon chocolat est ma passion, maintenant vous connaissez tous mes secrets.

L'avocat général :
Un individu incapable de se donner des limites va nécessairement les chercher dans le réel...Conduites à risques, toxicomanie...

Ludovic :
Mes préférés une ganache noire au gingembre, une ganache parfumée d'une infusion du poivre du Timor. . Je suis obsédé par l'appât du bon chocolat et excité par l'odeur qu'il dégage. De toute façon le plaisir est toujours suspect. Vous n'avez pas un bon palet. Vous n'avez jamais rien mangé de bon!

Le juge (tient dans ses mains un dossier,il en extrait une feuille) :
J'ai sous les yeux toute une série de déclaration que vous avez faîtes. Besoin d'entrer dans une tendre brutalité. Offrez-vous un grand frisson. Le chocolat excite mes sens.

Ludovic :
C'est une réaction biochimique qui libère des cathécholamines par l'hypotalamus. Celui ci produit des endorphines c'est-à-dire des hormones euphorisantes. L'une d'elles s'appelle la phényléthylamine qui est une amphétamine naturelle.

Le juge :
Ne cherchez pas à vous exonérer de vos paroles!

Ludovic :
Exact.Le cacao contient de grandes quantités de phényléthylamine.

L'avocat général :
Ensorceleur à l'imagination débordante.

Ludovic :
J'essaie toujours d'argumenter, c'est ma nature.Personne ne se souciera de votre avis si vous ne l'exprimez pas.

L'avocat général :
Vous êtes aveuglé par la poursuite de vos désirs. L'addiction crée la surconsommation.

Ludovic :
L'alcool et la cigarette tuent ! Pas le bon chocolat!

L'avocat général (ouvre un classeur):
Précisément, je vais revenir à quelque chose qui m'intéresse...Je cite, le chocolat une bombe qui transformerait le négatif par le positif. Les attributs de la virilité et de la domination...Chocolat noir désir.. Et que vous étiez envahi par une douleur brutale physique et psychologique.

Ludovic :
De quoi avez-vous peur ?

L'avocat général :
Je continue...N'oubliez-pas que votre bouche est une partie de votre corps très ambivalente.Une vie insouciante où chocolat et sexe se confondent.

Ludovic :
Vraiment quand je vous écoute, j'ai l'impression que vous n'avez pas de plaisir. Manger du bon chocolat c'est bon. Je ne sédui pas avec des voitures de sports, la carte "Platinum".Je ne porte pas des costumes Armani. Je ne surfe pas sur une montagne de dollars. Je suis un aventurier du goût.

L'avocat général :
Malgré toutes vos meilleurs intentions...

Ludovic :
Soit vous n'aimez pas le bon chocolat, et c'est bien triste pour vous. Soit vos stimulations sensorielles ne sont pas assez exacerbées! Je suis un esthète de la dégustation.

Le juge :
L'audience est suspendue. Elle reprendra plus tard.